Participez au débat sur les enjeux de la voie d’eau au 21e siècle : leur développement, leur entretien, leur exploitation. Le forum pour la promotion des intérêts de la navigation intérieure comme mode de transport écologique, tant pour les marchandises que pour les loisirs et le tourisme, est proposé par Inland Waterways International.
Les canaux historiques reconnus par l’Unesco (Europe)
Le Canal du Midi (dans le Sud de la France) et le Canal du Centre en Wallonie font tous les deux partie de la liste prestigieuse du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le centre du patrimoine mondial a accordé ce label au canal de Pierre Paul Riquet en 1996 et au canal belge, avec ses quatre ascenseurs hydrauliques, en 1998.

Ces décisions ont apporté leurs lettres de noblesse aux canaux en tant que patrimoine irremplaçable de l’humanité, et ont contribué à créer un réseau de canaux historiques dans le monde entier. Cette idée est portée notamment par l’association Inland Waterways International et par les partenaires du projet européen TERRA – VEV (Voies d’Eau Vivantes).

L’inscription du Canal du Centre a été l’aboutissement d’un partenariat forgé et entretenu pendant 20 ans entre le Ministère Wallon de l’équipement et des Transports, gestionnaire de la voie d’eau, et la Compagnie du Canal du Centre, créée en 1980.

Depuis leur construction entre 1888 et 1917, les quatre ascenseurs répartis sur les sept kilomètres du Canal du Centre ont été soigneusement entretenus. Dès la mise en chantier du nouvel ascenseur géant de Strépy-Thieu cependant (à l’arrière-plan de la photo), leur avenir se trouvait menacé. N’est-ce pas une expérience commune à de nombreux pays que la récupération de l’espace libéré par l’abandon d’un canal pour d’autres usages, en premier lieu la réalisation de nouvelles voiries? Les collectivités riveraines du Canal du Centre confirment la règle au cours des années 1970, avec un projet routier, tout comme la Ville de Toulouse avait envisagé le remblaiement du Canal du Midi, quelques années plus tôt. C’est pour contrecarrer de telles velléités que la Compagnie du Canal du Centre a commencé à organiser des visites du canal dès 1980, après que son administrateur délégué Jean-Pierre Gailliez, riverain mais jusqu’alors peu sensible à l’intérêt ni surtout à la vulnérabilité de ce patrimoine, a découvert l’ascenseur d’Anderton en Angleterre. L’intérêt témoigné par le public non spécialisé a généré un changement de mentalités très lent, mais profond.

Les acteurs locaux ont réussi à démontrer que seul un canal valorisé, animé, emprunté quotidiennement par des bateaux, est de nature à témoigner dignement du génie des bâtisseurs de canaux du siècle dernier.

(gauche) Nouvel ascenseur de Strépy
(73 m de haut) en arrière-plan.

(droite) Ascenseur à platforme
hydraulique n°4 (Thieu)
sur l’historique Canal du Centre.